CONTACT / ADVERTISING / GIFTS / DEATH THREAT

hello(a)newwavehooker.com
twitter.com/newwavehooker

27/09/2009

j'ai encore acheté une paire de Vans.

Pourquoi je parle de Vans aujourd'hui ? C'est parce qu'hier j'ai acheté une paire d' Authentic Organic Canvas. La Vans ecolo. 90% en matière recyclée. Bon, avant de me traiter de Nicolas Hulot de bas étage, je n'ai pas acheté cette Vans pour des raisons éthiques d'éco warrior, mais parce que, comme à chaque fois que j'en achete une paire, elle me faisait de l'oeil, elle me disait à quelle point j'allais l'aimer. Et effectivement elle avait raison.


Ca fait quelques décennies maintenant qu'on essaie de nous expliquer que pour avoir la street culture au pied il faut une paire d'Air Force one, de Air max, ou de Jordan. Je n'ai rien contre Nike, j'en ai beaucoup, enormement dans mon placard, mais quoi qu'on en dise, quoi que le marketing tente d'imposer, il faut avouer qu'on finit toujours par revenir a la base du style, aux vraies valeurs, à ce qui fait vraiment l'histoire de la rue. Et malgré tout, Nike s'est plus souvent exportée des parquet cirée ou des piste d'athlétisme jusqu'au cours des lycées, plutot que de s'arracher sur du bitume pour venir jusqu'à nous.
Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, comme le dit la chanson. Il fut un temps ou l'on trouvait une Air Max dans n'importe quel Intersport, alors qu'une paire de Vans etait le St graal. Une époque ou ces sneakers tronaient sur les pochettes des groupes et dans les pages de Thrasher Mag et nous, en province, aucun magasin pour en acheter, aussi étonnant que ça puisse paraitre aujourd'hui. Le type qui partait en vacances aux Etats -unis ou en Angleterre et qui revenait avec une paire de Hi-top c'etait le roi.


Au final dans les 90s, les baskets (comme on dit chez nous) plus techniques, plus sportives, plus orientées look futuriste / performances (même si elles ne servaient que marcher sur un trottoir) se sont imposés et ont reigné sans partage aux pieds des addicts et des consommateurs occasionnels, cette bonne vieille Vans restant reservée aux amateurs du genre. Bon, je ne suis pas là pour refaire l'histoire des Sneakers, il y a des tres bons sites spécialisés, mais je voulais simplement souligner qu'à coté de la frénésie autour de Nike, Adidas, Reebok, ou Puma, aujourd'hui, le vrai must-have c'est quand même d'avoir toujours à portée de main une paire de Vans Authentic à sortir de sa boite. Toujours.
Tous les styles , toutes les modes passeront, cette paire sera toujours la représentation, comme toutes les choses simples, épurées et vraies, de ce qui se fait de mieux et d'indémodable. Au dela de son histoire, du Skate et de ce qu'elle représente, c'est l'objet qui parle de lui même.
Vous essaierez de le comparer à Converse, mais non, rien à voir. Elle le fut certainement pendant longtemps, mais aujourd'hui la Chuck taylor à été abandonnée aux Bobos-rockers/nostalgique/magazine de mode féminin/monsieur tout le monde - no offense - . Bref, une bonne chaussure, certes, mais qui ne raconte plus rien, un peu comme une espadrille. Regardez autour de vous, je suis sur que n'importe quel membre de votre famille a eu au moins une paire de Converse. C'est comme ça.
Une Vans ç'est encore chargée de symbole, même si aujourd'hui elle se démocratise de plus en plus, on sait d'ou viens la marque et ce qu'elle a représenté dans la culture urbaine et dans la musique. Pas la culture des playground et groove, non, une culture plus hardcore, presque plus white trash. Ma premiere vision d'une paire de Vans, c'est cette photo de Minor Threat par Glen E. Friedman, (même si vous me direz que Brian Baker porte des Nike) : Ian Mac Kaye, le hardcore, le skate, la fureur des teenagers du début des 80s, les pionniers de Dogtown, Alva et compagnie. On les voulait, les old skool, les hi-top , les Era, mais on ne les voyait qu'en photo.
Ca annonçait autre chose que la nostalgie du rocker des 60s avec la Chuck Taylor tout simplement plus mainstream. Je sais c'est du chipotage, mais j'y tiens. Et m'emmerdez pas avec les Ramones.

Voila, simplement un message d'amour pour une chaussure qui etait là il y a 40ans, qui est là encore aujourd'hui, qu'aucune mode n'a reussi à tuer (même quand en 2007, la tecktonik s'etait emparé de la marque et même si les modeles ados/grosses languettes font parfois un peu mal à voir). L'Authentic, on doit tous y passer un jour, même sans avoir mis les pieds sur un skate.

5 commentaires:

Céline a dit…

Raaaaaaan mes vans
Je les ai bouffé jusqu'à la moëlle, me souviens encore de la bataille avec ma mère qui voulait les mettre à la poubelle, bataille qu'elle a certes gagné mais pas facilement ^^
Y a pas à dire, longue vie aux Vans!! :p

Sastien a dit…

Je me suis dégoté des Vans Iron Maiden ("Piece of Mind") l'année dernière à Madrid. Ce fut un moment sublime. Elles n'ont certes pas l'élégance de celles figurant sur la chronique, mais quand même je les aime d'amour.
Jeune j'en avais à damiers des Vans, comme si dans le 95, on était des surfers...

massimo mgdr a dit…

quand on etait hardcore
c'etait ou des vans classic lo-top
ou des new balance 574/576 et aujourd'hui
je ne porte encore que ca.
frais ton article.

Max a dit…

J'dois être un petit connard pourri-gâté, j'ai pas eu la back ground de privation de bonnes chaussures. Mais quand je suis rentré dans ce magasin, et il y avait ces Vans Era Black posée sur un étalage, j'suis redté devant 5 bonnes minutes a contempler ces formes, je me suis souvenu du magasin de Ho, de Los Angeles, de mon longboard, de la croix de Dogtown que j'avais dessinée sur mes converses, j'ai vu les reliures comme en faux-fil. Je me suis dit : celle la elles sont pour moi. J'ai demandé du 40, je sais pas si c'était les chaussures ou la vendeuse qui m'ont le plus perturbé. J'avais besoin de 44. J'ai pris le carton fébrilement, je me suis approché de la caisse, j'ai payé, je suis sorti et je les ai mises. Ça doit faire seulement 4 mois que je les mets, mais c'est bien plus que des chaussures. Les vans on les aime ou on les mets pas. Les vans, c'est la plus belle histoire d'amour, c'est pour la frime, c'est juste des chaussures, c'est un objet de collection. Elles fusionnent a l'asphalt, elles fusionnent avec mon skate. Avec des vans je me sens puissant, je me sens beau. Les converses c'était tout, jusqu'au Vans.

Stan a dit…

hier je portais ma paire marron… aujourd'hui les bleues. d'amour, je les aime !

Related Posts with Thumbnails